Publié : Le 26/05/2016
- Actualisé le 25/09/2017

Comment évalue-t-on l'état des cours d'eau ?

L’état écologique de l’eau permet d’évaluer le fonctionnement des écosystèmes aquatiques des eaux. Cette évaluation est déterminée sur une période de 3 ans. Elle repose sur 3 composantes : l’état biologique, l’état physico-chimique et l’état lié au dépassement ou non des normes de qualité pour les substances telles que les métaux ou les pesticides.
.

hallue_ddevallez-aeap_montigny_sur_lhallue_26062014_25.jpg
Rivière Hallue à Montigny-sur-Hallue

L’état de l’eau se caractérise par un écart à des conditions de référence qui s’apparente à un milieu très peu influencé par l’activité humaine. Plus on s’éloigne de cette référence, plus on s’éloigne du bon état.

La classification de l’état écologique repose sur le principe de l’élément déclassant.

Ainsi l’état écologique est donné par le plus mauvais des états biologique, physico-chimique et chimique.

schema_bon_etat_bis.jpg

Schéma définition de l'Etat écologique
De plus en plus de paramètres pris en compte

 

Le suivi de la qualité de l’eau est basé sur des outils d’évaluation qui se sont succédé depuis les années 70, avec l’ajout de nouveaux paramètres. Ces évolutions répondent à l’amélioration des connaissances, aux enjeux du moment et aux nouvelles obligations réglementaires.

 

La première méthode reposait sur  un nombre limité de paramètres physico-chimiques : la grille 71. Dans les années 1990, les substances toxiques s’ajoutent à la liste des paramètres composant le Système d’Evaluation de la Qualité (SEQ), une nouvelle technique permettant de caractériser l’origine de la pollution. En 2007, les règles d’évaluation tiennent désormais compte des résultats biologiques, introduisant  toutes les perturbations liées aux activités humaines.

 

L’ensemble de ces règles de calcul sont révisées en 2013 afin de garantir une image plus fidèle encore de l’état de l’environnement aquatique.

 

De plus en plus de paramètres pris en compte

 

Ces changements de « thermomètre » au fil des années, ne permettent pas toujours de mettre en évidence les progrès accomplis, pourtant ils sont bien visibles sur le long terme.

 

Selon les méthodes d’évaluation, le pourcentage de rivières en bon état est très différent. Cependant l’évolution de la qualité des cours d’eau est bien visible sur le long terme pour un même thermomètre, comme le montre le graphique ci-dessous :

Pourcentage de masses d'eau en bonne qualité ou en bon état seln des différentesz méthodes d'évaluation de 1990 à 2015
schema_parametres.jpg
Pourcentage de masses d'eau en bonne qualité ou en bon état seln des différentesz méthodes d'évaluation de 1990 à 2015

Ainsi, on passe d’1/3 de masses d’eau en bon état dans les années 90 à 80% aujourd’hui. L’amélioration de l’état de l’eau est donc très nette … Les efforts de dépollution engagés depuis plusieurs décennies portent enfin leurs fruits !