Publié : Le 24/07/2015
- Actualisé le 04/04/2017

Améliorer la gestion des eaux pluviales

Le développement urbain a engendré une imperméabilisation croissante des sols, empêchant l’infiltration naturelle des eaux pluviales. Celles-ci s’écoulent alors spontanément soit vers les cours d’eau, soit vers les réseaux d’eaux usées.

pluie_Fotolia_3156454L
pluie_Fotolia_3156454L

Dans notre bassin, la quasi-totalité des réseaux d’assainissement est de type « unitaire », collectant  à la fois les eaux usées et les eaux pluviales.  Ainsi, en cas de fortes pluies, le système d’assainissement risque d’être saturé, pouvant alors entrainer des rejets non traités au milieu naturel,  voire conduire à des débordements dans les rues.  Une tendance qui s’accentue avec le changement climatique.

 

Il est important de maitriser ces dysfonctionnements qui constituent  un frein à l’atteinte du bon état des masses d’eau.

 

 
C’est pourquoi la gestion des eaux pluviales est au cœur des priorités de l’agence de l’eau.

En recourant notamment à la gestion intégrée des eaux pluviales, souvent plus respectueuses de l’environnement et moins onéreuses, les techniques alternatives au « tout tuyau » permettent de limiter ces dysfonctionnements, grâce à  :

  • L’infiltration des eaux pluviales au plus près de leur point de chute
  • Le stockage et la restitution des eaux à débit limité vers un réseau hydrographique de surface ou à défaut, vers un réseau d’assainissement.